Publier

Publier, c'est un autre problème.

J'espère que cette page s'enrichira des expériences des internautes, et je me destine moi-même à la compléter, mais dans l'immédiat, deux choses : c'est long et difficile de publier son premier livre (et son deuxième, c'est encore pire) mais ce n'est pas impossible. Il faut juste éviter de faire n'importe quoi.

J'ai une petite expérience d'auteur, et j'ai eu l'occasion de lire des manuscrits, si je peux me permettre quelques conseils les voici :

- Vous écrivez la littérature que vous aimez. Vous aurez une chance d'être publié chez un éditeur qui publie les livres que vous aimez. Adressez-vous à celui-là en premier lieu.
- N'envoyez pas un manuscrit comme on jette une bouteille à la mer : un manuscrit, c'est une recherche d'emploi. Adressez votre courrier à une personne, chez un éditeur (imaginez que, dans une entreprise, il y a plusieurs personnes qui travaillent, si on reçoit un courrier qui ne porte pas de nom… qui va ouvrir l'enveloppe ?).
- Accompagnez votre manuscrit d'une lettre de présentation. Cette lettre doit IMPERATIVEMENT montrer que vous connaissez non seulement la maison d'édition et l'éditeur (la personne à qui s'adresse votre lettre, voir plus haut), que vous connaissez son travail, que vous avez lu certains ouvrages publiés PAR CETTE PERSONNE, et que votre livre correspond à la "ligne" qui s'en dégage.
Comment faire pour obtenir ce genre d'information ? Internet est une mine d'informations : de plus en plus, les éditeurs interviennent dans des compte-rendus de pince-fesses, ils ont des pages de présentation sur le site des maisons d'édition… Furetez, et vous trouverez vite de quoi remplir une journée. 


1 / Trois choses importantes : cibler, cibler, cibler.


Un conseil qui est souvent donné aux auteurs en quête d'éditeur mais qu'on ne donnera jamais assez : dans l'immense majorité des cas, un éditeur publie certains types de textes, et d'autres pas. Il faut se mettre à la place d'un éditeur : c'est un métier difficile ; il faut monter un réseau; fidéliser une clientèle… Enfin, toutes ces qualités que vous exigerez de votre éditeur une fois que vous avez signé avec lui, eh bien, il faut qu'il les ait déjà avant que vous signiiez. Donc, si vous écrivez de la poésie, adressez vous à un éditeur de poésie.
Soit dit en passant : il n'est pas du tout impossible de publier de la poésie. Il y a plutôt plus d'éditeurs indépendants de poésie que de littérature générale, et les éditeurs indépendants sont en moyenne moins casse-couille et plus accessibles que les éditeurs non-indépendants.
Ne vous freinez pas non plus sur la qualité. L'éditeur qui a le plus de chance de vous publier, c'est celui qui publie les livres que vous avez lus le plus, que vous admirez le plus, qui vous ont le plus influencés. Donc, si vous êtes un lecteur assidu des Editions de Minuit, et que vous écrivez un livre, adressez vous d'abord aux éditions de Minuit, sauf si, par accident, il vous est venu l'étrange idée d'écrire un roman de science fiction. Mais si vous lisez du Minuit, vous écrivez du Minuit, donc, allez-y. Vous ferez toujours plaisir à votre interlocuteur, pare que vous aurez l'occasion de lui dire du bien de certains ouvrages qu'il a publiés, bref vous ne risquez pas qu'il vous morde. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :