Un mail de Joseph Vidal-Rosset, philosophe.

Publié le par Nicolas Jaillet

Cher Nicolas,

J'ai lu ton livre, entre hier au soir et ce soir. 
J'ai vraiment beaucoup aimé. On le prend, on ne le lâche plus. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas ouvert un livre pour le simple plaisir de lire (mon boulot me contraint à des lectures abstraites et difficiles, alors je me repose le plus souvent en regardant des films, ou des documentaires). J'ai été happé par le récit. J'en ai presque fait la lecture d'une traite hier soir, et puis j'ai préféré en laisser une partie pour le lendemain. Et je viens de le finir. 
Je dois t'avouer qu'il m'est à la fin arrivé de précipiter ma lecture, non parce que je m'ennuyais, mais parce que je ressentais de la crainte pour Martine et que je voulais m'assurer qu'il n'allait rien lui arriver de grave. 
J'ai trouvé l'ensemble remarquablement bien écrit, poignant. 
Je ne vois pas de critiques à te faire. 
J'aime bien la phrase citée en présentation au dos de la couverture, "écrire c'est faire des choix". Je la reprendrai peut-être en Introduction de mon petit bouquin qui m'oblige à concentrer bien des choses. Ecrire c'est faire des choix, et c'est vrai aussi bien en littérature qu'en philosophie. 
Tu peux être fier de ce livre, il est très abouti, et tu as décidément beaucoup de talent. Rien de plus à ajouter pour l'instant. 
Ici le temps est très lourd, l'orage va arriver, peut-être de la grêle... du moment que l'internet reste opérationnel demain, ça n'est pas bien grave. 
Au plaisir de te lire,
Amitiés
Joseph 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article