A QUAND UN GUIDE TOURISTIQUE DES LIBRAIRIES ?

Publié le par Nicolas Jaillet

Hier j'ai visité la librairie « La Griffe Noire » à St Maur des Fossés. C'est beau. Ça donne envie d'habiter St Maur, c'est dire. Et pourtant, j'en ai une de bath de librairie à côté de chez moi (La Page blanche, j'en causerai à l'occasion). Mais revenons à nos moutons. Alors, d'abord, La Griffe Noire, j'y suis allé en vélo. Donc, forcément, je me suis paumé. Première chose : de Vincennes à Nogent, tout le monde connaît. Les secrétaires de direction comme les agents de la voierie. C'est agréable, pour une librairie indépendante. Et puis, quand on arrive, et qu'on aime les livres, du moins certains livres, on est saisi d'étonnement (et je pèse mes mots) : la vitrine, immense, déborde de cartons de couleur proclamant partout l'amour du beau, l'amour du rire, l'amour du gai savoir. Il y a des centaines de bouquins, un choix immense, et chacun de ces livres fait l'objet d'un traitement particulier. Il y a ceux qu'on a lus, et qu'on a aimés ; ceux-là, on est heureux de voir que le libraire qui en assure la promotion est allé droit au nerf du texte, qu'il a tout compris. Et ceux qu'on n'a pas lus, pour lesquels même, parfois, on avait de sournois a priori, eh bien, vous donne envie de les aimer. Et l'on se sent remué de l'intérieur par ce petit picottement qui donne la vie, sans quoi on est rien qu'un crevard inutile. La curiosité.

Publié dans Opinions de moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article